Imprimer

Lexique étho-cognitif

Lexique étho-cognitif
- Mieux comprendre les termes scientifiques -

Raccourcis : cliquez sur les lettres
A
/ B / C / D / E / F / G / H / I / J / K / L / M / N / O / P / Q / R / S / T / U / V / W / X / Y / Z

Acquis
Se dit des aptitudes et comportements qui sont appris par le sujet au cours de son existence. L'apprentissage se fait par l'expérience (apprentissage par essais/erreurs), l'imitation, le jeu, le dressage...

Accoutumance ou habituation
On peut considérer le phénomène d'accoutumance (en anglais habituation), comme une des formes les plus simples et les plus générales de l'apprentissage. Elle se caractérise par la disparition d'une réponse à une stimulation particulière et résulte de la répétition de cette stimulation si elle n'est pas suivie de renforcement. L'accoutumance peut être utilisée pour désamorcer les réactions aux stimuli aversifs, dans un processus appelé désensibilisation.

Affinité
Dans un groupe stable, ce qui semble compter le plus, ce ne sont pas les relations hiérarchiques, mais les affinités, mais on ne sait pas réellement ce qui les détermine.

Agression redirigée
Se produit quand l'animal ne peut atteindre la source de ses peurs, douleurs, stress ou frustrations. Il redirige alors son agressivité sur l'un des individus le plus proche de lui (humain ou congénère).

Anthropomorphisme
Tendance à attribuer aux équidés des idées, sentiments ou réactions humaines.

Anthropomorphisme conditionnel
“Que ferais-je à sa place, si j’étais un cheval?”.

Apathie
Indifférence acquise, allant de la lenteur à réagir jusqu'à l'insensibilité complète.

Apprentissage
L'apprentissage a donné lieu à de nombreuses recherches expérimentales chez l'animal. Elles ont pour objectif de définir les caractéristiques d'une espèce particulière ou de fournir des données comparatives. L'étude méthodique des phénomènes d'apprentissage chez le cheval a conduit à deux sortes de conclusions fermes : elle a permis de dégager un certain nombre de lois et d'identifier des processus de caractère général.

Apprentissage associatif
Apprentissage lié à une ou plusieurs expériences entre lesquelles l'animal établi une association.
Type d’apprentissage incluant le conditionnement opérant (instrumental, skinnerien ou de type II) et le conditionnement répondant (classique, pavlovien ou de type I).

Apprentissage non associatif
Type d’apprentissage basé sur l’habituation et la sensibilisation. C'est un apprentissage lié à une seule expérience.

Aversif
Déplaisant, désagréable, indésirable.

Béhaviorisme
Théorie qui définit le conditionnement comme le mécanisme fondamental de l'apprentissage par lequel un stimulus (dit conditionné) devient associé à un autre stimulus (non-conditionné), à la suite d'associations répétées entre la présentation de l'un, puis de l'autre stimulus. Cet apprentissage s'observe par le fait que le sujet réagit au stimulus conditionné par une réponse comportementale normalement associée au stimulus non-conditionné, c'est le « schéma stimulus-réponse ».

Biologie
Etude du vivant.

Causalité immédiate
Réaction à un stimulus.

Code
Ensemble de signes associés (gestes, sons, postures, etc.).

Cognitif
Le terme cognitif englobe l'ensemble des processus mentaux et fonctions orchestrées par le cerveau, comme les modes de communication, la mémoire, le raisonnement, la coordination des mouvements (praxies), les reconnaissances (gnosies), la perception et l'apprentissage ainsi que les fonctions exécutives regroupant la planification, le jugement et l'organisation. Les processus cognitifs permettent à un individu d'acquérir, de traiter, de stocker et d'utiliser des informations ou des connaissances. Leur altération peut être occasionnée par le stress.

Comportement
Mouvements, attitudes posturales, émissions sonores ou chimiques d'un sujet, manières d'être et d'agir. Les comportements prennent des formes différentes en fonction de l’environnement, des saisons, des besoins, de l'âge, des expériences antérieures et de l'état physiologique du sujet.

Comportement acquis
L'acquis est le produit des informations, apprentissages et expériences, cumulés au cours de la vie d'un individu, stockés dans sa mémoire individuelle et qui influencent les comportements ultérieurs. L'augmentation de l'acquis dans le comportement d'un animal permet à l'individu de s'adapter rapidement aux changements d'environnement.

Comportement agonistique
Comportement agressif (attitude menaçante, bousculade, amorce de ruade ou ruade, tentative de morsure, morsure, etc.)

Comportement de distanciation
Evitement, éloignement, fuite...

Comportement inné ou comportement instinctif
Un comportement inné est un comportement que l'on retrouve chez tous les individus d'une même espèce. Les aptitudes d'apprentissage d'une espèce sont innées, inscrites dans son patrimoine génétique, mais la plupart des comportements et aptitudes innés sont améliorables par l'apprentissage ou l'expérience.

Conditionnement opérant
(instrumental, skinnerien ou de type II)

Apprentissage de type associatif. La conduite de l’animal est conditionnée par les conséquences de son comportement, avant que celui-ci n'intervienne et est donc volontaire, parce que motivée par une récompense.
Il repose sur 4 types de conditionnement :
- le renforcement positif et le renforcement négatif.
- la punition positive et la punition négative.

Conditionnement répondant
(classique, pavlovien ou de type I)

Apprentissage de type associatif. Il utilise des indices et des signaux pour déclencher et susciter des comportements qui sont imposés et non motivés par une récompense. Ceux-ci doivent être envoyés avec une extrême précision. Ce type de conditionnement est source de stress et devrait tendre à disparaître dans l'apprentissage des équidés.

Congénère
Individu de la même espèce que le sujet.

Contre-conditionnement
Méthode qui consiste à présenter un stimulus conditionel déclenchant la réponse que l’on souhaite supprimer, en présence d’un ou d'autres stimuli, soit plus puissants, soit incompatibles avec le premier. Pour éliminer le comportement indésirable et obtenir un résultat optimal, il est possible de jumeler le contre-conditionnement et la désensibilisation systématique, pour cela on modifie l’environnement de l'animal en l’associant à une situation positive, afin que la peur disparaisse totalement.

Désensibilisation ou habituation
Forme simple d'apprentissage caractérisée par la disparition d'une réponse à une stimulation particulière et qui résulte de la répétition de cette stimulation si elle n'est pas suivie de renforcement. Ce travail permet de diminuer graduellement les peurs, par la présentation répétée, par paliers successifs, de stimuli les déclenchant, sans jamais dépasser le seuil de tolérance (risque de basculer dans la sensibilisation). L'intensité ou de la fréquence d'apparition de la bonne réponse permet d’en mesurer l’état d’avancement. L’habitutation et la sensibilisation sont 2 apprentissages opposés, permettant avec le même outil (ex : chambrière ou stick), d’obtenir deux réactions opposées. La désensibilisation systématique, l'approche conditionnée et le contre-conditionnement sont quelques méthodes de désensibilisation.

Désensibilisation systématique
Technique qui a pour but de vaincre des peurs, des angoisses ou des phobies en confrontant l'animal graduellement et de façon régulière à la situation ou à l'objet redouté. Elle consiste à faire disparaître graduellement une réponse conditionnelle de peur en présentant, au rythme de l'animal, des stimuli conditionnels, du moins phobique au plus phobique.

Détention
Terme adopté par les scientifiques pour l'hébergement des équidés.

Déterminisme
Le déterminisme d'un comportement se réfère aux causes nécessaires à son déclenchement (conditionnement d'une chose par une autre).

Dominance hiérarchique
Dans une organisation sociale, chaque individu est subordonné à un autre, mais il faut être prudent quand on parle de dominance. En effet, dans un troupeau certains équidés ont la prépondérance (la dominance) sur une ressource, par exemple la nourriture, alors que d'autres peuvent avoir la priorité sur un point d'eau : on parle alors de hiérarchie par ressource. Mais un équidé peut aussi être dominant sur la nourriture dans un groupe de référence et peut être dominé sur la nourriture dans un autre groupe. Le dominé utilise trois types de postures : la posture d'apaisement ou les postures de soumission (active ou passive).

Empreinte ou imprégnation
Processus d'acquisition précoce et relativement rapide avec une phase sensible et un acquis durable.

Endogène
Se dit de ce qui vient des réactions physiologiques du sujet étudié. On parle d'un stimulus endogène lorsque celui-ci est déclenché par des signaux provenant de réactions à l'intérieur de l'organisme.

Environnement appauvri
Lieu de vie présentant peu de contacts sensoriels, de possibilités d’exprimer ses besoins naturels ou de découvrir des nouveautés.

Environnement enrichi
Environnement riche, présentant la possibilité de vivre avec d’autres animaux de la même espèce et de rencontrer des contextes différents et des situations et nouvelles.

Environnement sensoriel ou « monde propre » (Umwelt)
Concept à la croisée des chemins entre la biologie, la communication et la sémiotique, qui explique que des espèces différentes, bien que partageant le même environnement, peuvent avoir une perception de « mondes propres » différents.

Erratique
Se dit des espèces animales dans lesquelles les individus se déplacent sans parcours fixe ni constant. Se dit aussi d'un mouvement aléatoire, instable et sans tendance cohérente.

Espèce
Se dit de l'ensemble des individus d'un génotype identique, ayant donc la capacité de se reproduire entre eux (interfécondité) et dont les produits sont également interféconds. Si l'âne et le cheval peuvent se reproduire entre eux, leurs progénitures sont cependant stériles, car issues de deux espèces différentes.

Éthogramme
Inventaire exhaustif des comportements d'une espèce donnée. Il permet une approche qualitative de l’ensemble des comportements exprimés par une espèce, dans toutes les conditions environnementales possibles et sans tenir compte des individualités. Essentiellement descriptif, il représente un travail de plusieurs centaines de pages, particulièrement avec les espèces au profil comportemental complexe.

Éthologie
Science dont l'objet est l'étude du comportement des êtres vivants, animaux ou êtres humains, en relation avec le monde qui les entoure. Elle se situe au carrefour entre la biologie, la psychologie, la sociologie et l’écologie comportementale. En savoir plus

Éthologue
Aussi appelés éthologistes depuis les années 50, les éthologues ont des connaissances scientifiques et méthodologiques étendues, leur permettant d’étudier et de comprendre à la fois les mécanismes d'adaptation des organismes vivants au sein de leur environnement, ainsi que leurs réponses adaptatives pour faire face aux variations naturelles et anthropiques de cet environnement. Ils peuvent être des spécialistes de la zoosociologie (étude de la vie sociale des animaux) de la zoopsychiatrie (étude des névroses et des psychoses animales), de la zoopsychologie (science plutôt attribuée à des zoologistes qu'à des psychologues) et/ou de la zoosémiotique (étude de la communication animale, dont la communication entre hommes et animaux). La domestication relèverait ainsi de la zoosémiotique.

Exogène
Se dit de ce qui vient de l'extérieur du sujet étudié. On parle d'un stimulus exogène lorsque celui-ci est déclenché par des signaux extérieurs à l'animal, c'est à dire lorsqu'ils viennent de son environnement, comme des signaux envoyés par des congénères.

Extinction
Diminution ou disparition d'une réponse. L'extinction des réactions conditionnelles en est la forme la plus connue. On peut rapprocher l'habituation de l'extinction, qui désigne aussi la disparition d'une réponse à la suite de la répétition d'un stimulus. Mais ce second terme s'applique à la disparition d'une réponse conditionnée lorsque le stimulus conditionnel est répété, sans être suivi de renforcement.

Façonnement ou shaping
Construction progressive de comportements, étape par étape. Chaque étape doit être légèrement différente de l'étape précédente, de sorte qu'à chaque demande corresponde à une réponse souhaitée précise.

Génotype
Constitution génétique d'un être vivant (informations héréditaires qui apportent une structure morphologique, les propriétés physiologiques, les comportements, etc.).

Groupe de référence
Avant d'étudier un troupeau, il faut au préalable déterminer des groupes de référence, en fonction de l'objet de la recherche : par exemple un groupe de référence pour la nourriture, un groupe de référence pour les déplacements vers un point d'eau, etc. Les dominants et les interactions entre les membres du troupeau peuvent par en effet varier d'un groupe de référence à un autre.

Habituation ou accoutumance ou désensibilisation
Forme simple d'apprentissage caractérisée par la disparition d'une réponse à une stimulation particulière. Elle résulte de la répétition de cette stimulation si elle n'est pas suivie de renforcement. Ce travail qui permet de diminuer graduellement les peurs, par la présentation répétée, par paliers successifs, de stimuli les déclenchant, sans jamais dépasser le seuil de tolérance (risque de basculer dans la sensibilisation). L'intensité ou de la fréquence d'apparition de la bonne réponse permet d’en mesurer l’état d’avancement. L’habituation et la sensibilisation sont 2 apprentissages opposés, permettant avec le même outil (ex : chambrière ou stick), d’obtenir deux réactions opposées.

Imprégnation ou empreinte
Processus d'acquisition précoce et relativement rapide, avec une phase sensible et un acquis durable.

Impuissance acquise, apprise ou résignation acquise
Etat proche du renoncement et de la dépression d'un animal, faisant suite à l’expérience d’échecs successifs et d’absence de maîtrise sur ce qui lui arrive. Les phénomènes regroupés sous le terme de "résignation apprise" définissent un état dans lequel un individu a appris que les résultats sont incontrôlables quelle que soit sa réponse, ce qui induit chez lui une passivité face aux événements aversifs qui peuvent advenir. Des chevaux apathiques et désintéressés peuvent être sujets à un début de résignation acquise.

Inné
Est inné un comportement dont dispose un animal à sa naissance, sans apprentissage préalable. On peut aussi parler d'instinct.

Leadership
Influence temporaire d'un individu (le leader) sur le groupe. C'est une relation de confiance réciproque qui permet de fédérer et mobiliser les énergies autour d'une action collective, comme par exemple une vieille jument qui entraîne le troupeau vers un point d'eau. Chez les équidés, les leaders sont rarement les dominants.

Masquage
Le masquage désigne la réduction de la visibilité ou de l'audibilité d'un stimulus test, en fonction de la proximité spatiale ou temporelle d'un autre stimulus de même nature. Simultané, le test et le masque sont présentés en même temps. Proactif, le masque est présenté avant le test. Rétroactif, le masque est présenté après le test.

Méthodologie scientifique
Toute démarche scientifique doit s'appuyer sur des règles, des méthodes de travail clairement définies, pour que les résultats obtenus soient valides, c'est à dire, scientifiquement reproductibles.

Néophobe
Sujet qui peut se dérober, donner des signes de stress ou d'agressivité.

Néophobie
Comportement des animaux devant faire face à des objets ou des événements nouveaux, perçus comme menaçants ou dangereux.

Ontogénèse des comportements
Ensemble des processus qui, chez un organisme animal, établi des liaisons sensori-motrices au cours de la genèse de l'organisme et de la croissance.

Punition
Conséquence d'un comportement, qui rend moins probable que le comportement se reproduise de nouveau. La punition peut être soit positive, par l'ajout d'un stimulus agissant sur l'organisme, soit négative, par le retrait d'un stimulus agissant sur l'organisme. La punition n'a qu'un effet irrégulier, temporaire et parfois inexistant sur le comportement, contrairement au renforcement.

Punition négative
Retrait d'un stimulus appétitif ou agréable (ex: privilège ou nourriture…) pour réduire la probabilité de fréquence d'apparition d'un comportement indésirable. Utilisée avec retard elle est inefficace. La punition négative est rarement utilisée, sauf pour le retrait rapide de l'attention ou de la nourriture pour réprimer un comportement. Utilisée avec retard elle est inefficace. Le terme négatif, valable pour les renforcements et les punitions, indique le retrait du stimulus et n'a donc rien à voir avec son action agréable ou désagréable sur l'animal.

Punition positive
Addition d'un stimulus contraignant ou aversif (ex. obligation à faire ou douleur), pour réduire l'occurrence d'un comportement. Subordonnée à un comportement indésirable, elle doit être exceptionnelle et immédiate. La punition positive a également des implications négatives dans la relation et doit donc être évitée.

Race
Sous-ensemble d'une espèce donnée.

Récompense
Voir ci-dessous "Renforcement positif" (ajout d'un stimulus attrayant pour augmenter la probabilité d'uneréponse)

Réflexe conditionné
Réflexe obtenu par conditionnement pavlovien (répondant).

Renforcement
Procédure qui augmente la probabilité de répétition d'un comportement. Le renforcement peut être soit positif, par l'ajout d'un stimulus agissant sur l'organisme, soit négatif, par le retrait d'un stimulus agissant sur l'organisme.

Renforcement négatif
Il consiste à supprimer un stimulus aversif (désagréable), que l'animal veut éviter, pour augmenter la survenue et la fréquence d'apparition du comportement souhaité. La procédure implique le retrait sans délai du stimulus aversif dès que la réponse désirée est obtenue. Le sujet apprend ainsi à échapper ou à éviter une situation qui a pour lui des conséquences défavorables. La survenance de la satisfaction est donc indirecte. Le terme négatif, valable pour les renforcements et les punitions, indique le retrait du stimulus et n'a donc rien à voir avec son action agréable ou désagréable sur l'animal.

Renforcement positif
Il consiste à ajouter un stimulus agréable (ex: ajout d'une récompense, félicitations...) dés que  la réponse désirée est obtenue, de façon à augmenter la fréquence d'apparition du comportement souhaité.

Renforçateur positif primaire
C'est un élément de renforcement auquel les chevaux accordent naturellement de la valeur, comme la nourriture, et qui augmente la probabilité d'une réponse. Pour être utilisé comme récompense dans l'apprentissage, il doit être donné au cheval sans délai, dès l'apparition de la réponse correcte.

Renforçateur positif secondaire
C'est un élément de renforcement qui n'a pas de valeur biologique, mais qui augmente la probabilité d'une réponse. Il doit être lié à un renforcement primaire et prend souvent la forme de stimuli auditifs, comme un clicker, ou un son vocal cohérent, émis lorsque la réponse souhaitée est obtenue. La caresse fait aussi partie de ce type de renforçateurs.

Renforçateur négatif primaire
C'est un élément de renforcement qui est aversif d'emblée.

Renforçateur négatif secondaire
Par conditionnement classique, dire "Non!" peut avoir des qualités aversives si cet ordre est associé à un stimulus désagréable. 

Répertoire comportemental
Contrairement à un éthogramme, qui regroupe l’ensemble des comportements caractéristiques d’une espèce donnée, le répertoire comportemental est un catalogue, plus ou moins exhaustif, basé sur une thématique. Il permet une approche qualitative de l’ensemble des comportements exprimés par une espèce, en tenant compte de la variabilité individuelle de l’espèce observée, dans des conditions environnementales prédéfinies. Un répertoire comportemental, basé sur un même sujet d’étude, peut également comporter des unités communes à plusieurs espèces.

Réponse adaptative
Se dit d’un comportement qui a pour conséquence de réduire l'effet de la source de stimulation qui a provoqué la réaction initiale. Les réponses adaptatives ne concernent que les organes sensoriels stimulés.

Résignation acquise ou impuissance acquise
Etat proche du renoncement et de la dépression d'un animal, faisant suite à l’expérience d’échecs successifs et d’absence de maîtrise sur ce qui lui arrive. Les phénomènes regroupés sous le terme de "résignation apprise" définissent un état dans lequel un individu a appris que les résultats sont incontrôlables quelle que soit sa réponse, ce qui induit chez lui une passivité face aux événements aversifs qui peuvent advenir. Des chevaux apathiques et désintéressés peuvent être sujets à un début de résignation acquise.

Sensibilisation
Processus au dessus du seuil de tolérance, par lequel chaque signal favorise une réaction intense. Il y a sensibilisation quand l'intensité de la réponse d'un individu est augmentée. A la différence de l’habituation, son objectif est de pouvoir ensuite diminuer progressivement la demande, jusqu’à atteindre la légèreté. La sensibilisation et l’habitation sont 2 apprentissages opposés permettant avec le même outil (ex : chambrière ou stick), d’obtenir deux réactions opposées.

Sémiotique
Etude des signes et de leur signification.

Shaping ou façonnement
Construction progressive de comportements, étape par étape. Chaque étape doit être légèrement différente de l'étape précédente, de sorte qu'à chaque demande corresponde à une réponse souhaitée précise.

Schéma social
En mettant bout à bout toutes les observations que l'on peut faire sur un troupeau : affinités et proximité entre individus, hiérarchie par ressource, hiérarchie par affinités, comportements agressifs, évitements, leadership, etc... on peut établir le schéma social d'un groupe.

Spécifique
Se dit de ce qui est propre et commun à tous les individus d'une même espèce

Stéréotypie (voir aussi "Tics")
Trouble du comportement qui se définit comme étant une action répétée. Les stéréotypies sont nombreuses : tic à l’appui, à l’air, à l’ours, tic déambulatoire, etc. Ces attitudes sont développées par les équidés en réponse au stress, à l’ennui, à la privation de contact entre équidés, etc.

Stimulus (pluriel = stimuli)
Ils se distinguent par le sens qui les détecte, stimulus auditif, visuel, tactile, thermique ou olfactif. C’est un signal qui peut aider à provoquer un comportement. C’est souvent la combinaison de plusieurs stimuli qui permet d’obtenir le comportement désiré.

Stimulus positif, attrayant, appétitif ou agréable
Il augmente facilement la probabilité d'une réponse et l'apparition du comportement souhaité.

Stimulus négatif, aversif ou désagréable
Un stimulus aversif est une stimulation déplaisante, désagréable, indésirable, dont l'animal veut s'éloigner ou qui provoque des sensations et réponses de mal-être, de douleur ou de peur.

Stimulus interne ou endogène
Est endogène un signal provenant de l’organisme (ex. les hormones, l'appétit, etc.). Un stimulus est donc endogène quand il est déclenché par l'individu.

Stimulus externe ou exogène
Est exgène un signal qui est introduit dans l’organisme (ex. par l'alimentation). Les causes d'un comportement sont ainsi dites exogènes lorsqu'elles sont provoquées par un stimulus externe, comme un mouvement, une odeur, un bruit...

Stress négatif
Il survient lorsque le cheval doit subir une action qu’il ne peut contrôler, en se trouvant dans une situation de résignation acquise. Un stress trop élevé, pendant un certain temps, peut conduire à des problèmes d’immunité et à des troubles du comportement.

Stress positif
Celui qui permet à l’animal de fuir ou de combattre un danger à l’aide de son apprentissage naturel. La motivation et l’attention peuvent être le résultat d'un stress positif.

Système
Ensemble d’éléments interagissant entre eux selon des principes ou des règles connus.

Tics ou Stéréotypies
Troubles du comportement qui se définissent comme étant des actions répétées.
- Tic à l’appui : Le cheval appui les dents sur une surface dure, quelle qu’elle soit, avalant au passage de l’air, lui donnant l’impression d’avoir l’estomac plein. Ces chevaux manque souvent de condition et de tous les tics c’est le pire il constitue un vice rédhibitoire. C’est également le plus difficile à faire passer.
- Tic à l’ours : le cheval balance constamment sa tête de droit à gauche.
- Tic du rongeur : le cheval grignote tout ce qui l’entoure, porte de box, mangeoire, etc.
- Tic à l’air : mouvements ou hochement incessants de la tête.
- Tic déambulatoire : va et vient incessant le long d'une clôture.

Zoosémiotique
Branche de la zoologie et de la sémiotique qui étudie la communication animale (à l’exception de celle de l’homme).

Zoologie
Etude des espèces animales.

Sources et références
- Problématique de la constitution d'un répertoire comportemental [...] Thèse pour le Doctorat vétérinaire, présentée et soutenue publiquement devant la faculté de Créteil par Céline DUROYON.
- Centre National de Ressouces Textuelles et Lexicales : http://www.cnrtl.fr
- www.vétopsy.fr (thérapies/apprentissage)
- "Cheval qui es-tu" - Michel-Antoine LEBLANC, Marie-France Bouissou et Frédéric Chéchu. Ed. Belin
- "Manuel du comportement du cheval - Origine, traitement et prévention des problèmes" - Margit H Zeitler-Feicht - Ed. Ulmer - 2012
- Encyclopédie Universalis